Christophe privé de parloir

Ci-dessous la lettre de Catherine Charles, maman de Christophe, adressée à M. d’Harcourt, directeur de l’Administration pénitentiaire, suite à l’interdiction de voir son fils qui lui a été notifiée. Nous rappelons que Christophe a été blessé, qu’il est à l’hôpital pénitentiaire de Fresnes. Nous avons donc toutes les raisons d’être inquiets.

Saint-Maurice, le 26 février 2009


Monsieur d’Harcourt,

Cela fait maintenant une semaine et deux jours que mon fils, Christophe Khider, s’est évadé de la prison de Moulins et à ce jour je n’ai pas encore pu le voir.

Christophe a été grièvement blessé au poumon par les forces de l’ordre alors qu’il n’a pas tiré sur celles-ci, à l’identique de toutes les malheureuses personnes prises en otage au cours de cette cavale du désespoir.

Mon fils a été emmené en soins intensifs à l’hôpital Henri Mondor dans lequel il a été menotté au lit en sas de réanimation.

Une saisine a été déposée à cet effet auprès de la Cnds (Commission nationale de déontologie de la sécurité) par Madame Alima Boumediene-Thiery, sénatrice des Verts.

À ce jour, je ne l’ai toujours pas vu et si, je n’avais pas une confiance absolue en Delphine Boesel son avocate, je n’aurais aucune preuve de sa bonne santé et du fait qu’il soit réellement en vie, ce qui est inadmissible et carrément insupportable sur le plan purement humain.

Personne n’a daigné communiquer avec moi, alors qu’en 2001, lors de sa tentative d’évasion des prisons de Fresnes, police et administration pénitentiaire se bousculaient pour me parler, afin que je participe à sa reddition. Ce que j’ai fait je vous le rappelle ici.

À l’époque, le préfet m’avait assuré, devant les policiers du Raid, qu’il n’oublierait pas que mon fils ne s’était pas servi de l’émeute qui sévissait à Fresnes pour couvrir son évasion, ni le fait que je participais au dialogue de reddition avec mon fils.

Aujourd’hui, je constate, sans trop de surprise je l’avoue, le peu d’importance que l’autorité politique et pénitentiaire accordent au sens de la parole donnée.

Seul, Christophe X, le psychologue, négociateur du Raid, a tenu la sienne en 2001, me permettant de voir mon fils, de le serrer dans mes bras durant plus de trois heures à l’issue de la reddition de celui-ci.

Je vous demande donc, Monsieur d’Harcourt, de m’accorder une permission de visite à laquelle j’ai parfaitement le droit au regard de l’article D 395 du code de procédure pénal.

Par ailleurs, je n’accepterai pas de voir mon fils derrière un double vitrage comme votre administration l’a déjà fait par le passé. Je n’accepterai pas non plus les mises à nu de ma personne dans des couloirs sordides, avec fouilles minutieuses de tous mes orifices dont j’ai été l’objet à deux reprises, en vain, au détriment de la loi.

Aujourd’hui, soit cinq ans plus tard, ceci vaut à votre administration des poursuites devant la Cour européenne des Droits de l’Homme, après que nous ayons, mes avocats et moi, épuisé tous les recours nationaux à l’issue desquels mes plaintes ont été classées régulièrement sans suite sans autre forme de procès.

Je suis une maman qui aime ses enfants tout simplement et je me battrai bec et ongles pour faire valoir et respecter mes droits dont celui à la dignité. Si toutefois vous me soupçonniez de quoi que ce soit de répréhensible, je vous demande de me faire mettre en examen et d’arrêter de me diaboliser pour asseoir des mesures de plus en plus sécuritaires.

Après 14 longues années sans histoires, pour aller visiter mon fils dans toutes les prisons de France, de la frontière allemande à la frontière espagnole, vous me traitez comme une délinquante supposée, pire, comme une moins que rien. Ceci n’est dû qu’à l’antériorité de mon parcours de vie pour lequel vous me faites payer mes erreurs de jeunesse en me refusant, comme certains, une seconde chance.

Au regard de cet état de fait et malgré l’exemplarité de ma résurrection, vous me niez en tant que maman, en tant que personne et surtout en tant qu’être humain.

Aussi, Monsieur d’Harcourt, je me demande comme de nombreuses autres personnes : comment espérez-vous nous faire entendre que vous privilégiez la réinsertion des personnes détenues dont vous avez la charge ?

En tous les cas pour moi et pour beaucoup, la surenchère sécuritaire ne prévaudra jamais sur la rage de vivre.

Dans l’attente d’une rapide réponse de votre part, je vous prie d’agréer, Monsieur d’Harcourt, l’expression de mes salutations distinguées.

Claude Charles-Catherine, présidente de l’ARPPI
(Association pour le Respect des Proches de Personnes Incarcérées)

Pour copie :

Madame Alima Boumediene-Thiery, sénatrice des verts
Madame Rachida Dati, ministre de la Justice
Monsieur Delarue, contrôleur général des prisons
Observatoire international des prisons (Oip)
Ban public, portail d’information sur les prisons

 

parloir christophe

Commentaires (2)

1. Soutien a Christophe (site web) 02/03/2009

Christophe a ete place au QI de la Maison d'arret de la Sante. Il doit passer au pretoire, ou il sera probablement condamne a 45 jours de mitard, la peine normalement prononcee en cas d'evasion.
Deja qu'il est inadmissible qu'une personne malade comme lui soit place au QI, que dire sur son probable placement au mitard?
Surtout qu'il est prive de parloirs jusqu'a present...
Plus d'infos: [->http://www.bakchich.info/Khider-surprise-la-suite.html}

2. sdfsdfsdf 05/08/2009

hey,find wow power leveling click here

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site