Compte-rendu: conf; de presse du 4 mars

Provoquer le débat sur la prison à vie

Compte rendu de la conférence de presse, réunion publique, projection et débat qui se sont déroulés mercredi 4 mars 2009, au CICP, 21 ter rue Voltaire 75011 Paris, de 17 h 30 à 20h 30, sous l’égide de l’Arppi (Association pour le Respect des Proches de Personnes Incarcérées) et du collectif Fraternité à perpète ! en présence d’une bonne centaine de personnes, dont un certain nombre de journalistes : Bakchich, France 2, i>TELE, France Info, presse libertaire, etc. 

Provoquer le débat sur la prison à vie

Compte rendu de la conférence de presse, réunion publique, projection et débat qui se sont déroulés mercredi 4 mars 2009, au CICP, 21 ter rue Voltaire 75011 Paris, de 17 h 30 à 20h 30, sous l’égide de l’Arppi (Association pour le Respect des Proches de Personnes Incarcérées) et du collectif Fraternité à perpète ! en présence d’une bonne centaine de personnes, dont un certain nombre de journalistes : Bakchich, France 2, i>TELE, France Info, presse libertaire, etc. 

Tenue d’un stand de vente du livre Fraternité à perpète édité par le collectif L’Insomniaque et d’Offensive n° 21 « L’Industrie de la punition » (trimestriel d’offensive libertaire et sociale) et mise à disposition de bulletins d’adhésion à l’association Arppi.

Intervenants :

Claude Charles-Catherine, présidente de l’Arppi.
Delphine Boesel, avocate de Christophe Khider et de l’association Arppi.
Abdel-Hafed Benotman, écrivain (éditions Rivages), ancien détenu.


Conférence de presse + projection de témoignages de proches de personnes incarcérées et d’anciens détenus, interviewés par Catherine dans le cadre de l’Arppi, démontrant que la condamnation de ces derniers est une sentence collective ayant un impact direct et dévastateur sur les familles (réalisation des images : Guillaume Estivie et Mohamed Amrane) : 

 

« En prison, on emmène tous ses proches »

 

« On a mérité d’être privé de liberté pas d’humanité »

Catherine informe sur les conditions de détention de son fils Christophe Khider placé au cachot (quartier disciplinaire) de la maison d’arrêt de la Santé, dans des conditions insoutenables au regard de sa blessure au poumon non cicatrisée d’une part (et comportant toujours des fils) et de la restriction sévère de nourriture dont il fait l’objet d’autre part. Ces conditions réunies l’empêchent, entre autre, de suivre correctement le traitement médicamenteux indispensable à sa guérison et à sa convalescence. Elle précise que malgré l’annonce de la mort de Christophe par les médias, pas une fois elle n’a pu le voir depuis l’intervention musclée d’hommes cagoulés à bord de deux camions qui l’ont percuté à plusieurs reprises avant de lui tirer dessus une quinzaine de fois (lui-même n’ayant pas fait feu). Une balle ou deux lui ont perforé le poumon.

Delphine Boesel, avocate de Christophe Khider et seule personne à être autorisée à le visiter depuis son arrestation, explique la situation de Christophe et confirme les informations fournies par Catherine.

Abdel-Hafed Benotman témoigne sur les quartiers d’isolement au sein des prisons et sur l’enfermement en général.

Sont ensuite abordés au cours de la conférence et du débat les thèmes suivants : 

— le rôle et la responsabilité du médecin ne s’opposant pas au placement en détention (en quartier d’isolement qui plus est) alors que, au regard de l’état de santé du détenu, il devrait établir au contraire un certificat d’incompatibilité manifeste avec la détention ;

— les peines à la longueur infinie et les conditions de détention ; la recrudescence des suicides, des pathologies mentales, des évasions ;

— la façon dont les associations pourraient éventuellement influer sur le vote des lois pénitentiaires et peser dans la balance politique ; les possibilités d’ouverture ou non vers la classe politique et les institutions dites « représentatives » (Assemblée nationale, Sénat…) ; 

— l’enfermement plus général des personnes au-delà de la prison, l’enfermement carcéral se mettant à déborder jusqu’à l’enfermement social, d’où le mécontentement populaire que l’on entend gronder aujourd’hui dans presque toutes les classes sociales.

compte rendu benotman catherine

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×